Bâtir ou creuser

[attachments size=medium docid=235 force_saveas=”0″ logged_users=”0″]

Bâtir … ou peut-être creuser.

Toujours plus profond dans le mystère de l’Espace, qui n’est rien d’autre que le mystère de notre existence sur terre.

Les axes de notre travail sont des questions, aussi profondes et larges que nous le pouvons.

Chaque projet d’architecture est un projet de Vie, et donc une réponse intuitive et synthétique aux interrogations qui le portent et le fondent, en un Lieu et un Temps unique.

Ecologie.

Nos actes pour construire se doivent participer de notre conscience planétaire s’ils ne veulent pas être inclus dans le processus de mort de notre planète. Pour le bien-être des hommes qui vivent dans ces espaces, et pour la Terre.

Fonction et Forme.

Essayer d’approcher l’essence de chaque espace, ses lois intérieures.
Créer des espaces qui épousent, dialoguent, confrontent le corps de l’Homme. Le mettent en mouvement.
De quoi avons nous réellement besoin? Et quel est notre Désir vrai?

Processus économiques, chantier, processus social.

Comment notre humanité a-t-elle pu oublier le mystère qui préside à son existence physique ?
Nos questions économiques sont trop souvent des questions à court terme, dont est absent le respect pour cette Vie qui nous anime tous.
Si l’architecture est le miroir d’une civilisation, comme le furent nos cathédrales, les tentes nomades du désert et les greniers carrés des Dogons, quelle sera dans mille ans l’image de nos villes et de nos campagnes dans les yeux effarés d’un enfant venant au monde ?
Nous ne pouvons développer une architecture nouvelle et modifier notre rapport à l’espace sans modifier radicalement les relations entre tous les acteurs de la construction.
Le chantier est le lieu de ce combat.

Rien de tout ceci ne réaliserait de l’architecture si le résultat physique, à travers la perception de l’espace (où sont incrustés sa force, son sens, son authenticité, son équilibre) n’était pas notre But.

Couleur Texture Échelle.

Sont les trois aspects fondamentaux et derniers à travers lesquels nous entrons en contact avec l’espace. Ce sont les matériaux réels de notre travail.

Proportion Lumière Ombres. Et l’espace peut résonner.

Nous espérons que notre architecture ouvre des chemins vers des questions humaines : bâtir d’abord pour l’Homme plutôt que de réaliser un style, bâtir pour un être humain plus entier, plus relié, plus vivant.

Unité et Diversité.

Chaque projet est une réponse unique à ces questions. Chaque élément du projet devrait se développer dans sa direction propre, sans jamais oublier la loi de la totalité qui le gouverne. Atteindre l’unité du projet, sa plus grande clarté, sans jamais perdre le caractère de chaque partie. La force de l’architecture est dans cette tension.

Chemin de vérité

L’architecture est le souvenir de l’humanité : nous bâtissons aujourd’hui le corps physique et la mémoire du futur. Puissions-nous toujours à la fois résister et proposer, avec force et douceur. Rejeter la séduction et la laideur pour cet harmonie tendue, crête entre deux versants.
Approcher  la réalité des matières, des substances, des détails avec un émerveillement toujours neuf, enclore un peu de silence en un lieu…

Nous essayons de bâtir des espaces où sont incrustés à la fois notre recherche éternelle et éperdue de Beauté, et ce goût intense pour le Réel.
La joie et la gratitude d’exister proviendront toujours de ces instants et de ces lieux où ces deux mystères – présences inaccessibles – se rencontrent.

Ce chant alors….